La hausse du prix du bois

La hausse du prix du bois se poursuit avec des répercussions sur les prix de vente des palettes

Les hausses des prix des sciages à palettes, annoncées à l’automne 2017, se sont confirmées et ont été appliquées au cas par cas par les fabricants. Une demande très soutenue de bois, partout dans le monde, et des disponibilités limitées dans certaines régions ont pour conséquence de faire augmenter les prix du bois. De nouvelles négociations tarifaires devront se mettre en place pour un ajustement des prix de vente des palettes réaliste avec le prix des sciages

Une demande mondiale en bois et en sciages soutenue

L’économie française, dans son ensemble, bénéficie d’un climat conjoncturel international favorable et d’une demande intérieure dynamique (hausse de l’investissement des ménages et des entreprises), ce qui lui a permis de progresser ces derniers mois. Ainsi, au quatrième trimestre 2017, la production a nettement augmenté dans l’industrie manufacturière (+2,5 %), comme dans l’ensemble de l’industrie (+2,2 %). Au total sur un an, la production manufacturière a progressé de 4,9 % (2016/2017).

La construction en croissance

Le principal marché du bois en Europe reste celui de la construction, principal débouché pour environ 70 % du bois d’œuvre (ossature, aménagement, rénovation…). Le marché de la construction neuve de logements en France se porte bien ; au terme de l’année 2017, tous les segments du marché du logement, sans exception, sont à la hausse.
Comme le souligne le Cabinet Développement Construction dans sa note de conjoncture annuelle, 2017 aura été une année très positive pour la construction, en termes de mises en chantier (+15,7 % sur 12 mois glissants)..

Le marché de la palette va de l’avant

Le marché de la palette en France, comme dans les principaux pays européens, est orienté à la hausse signe d’une reprise économique manifeste et de la bonne tenue de certains marchés utilisateurs. Ainsi pour la palette EPAL, qui constitue un indicateur précieux de la tenue du marché français et européen, le nombre de palettes EUR / EPAL a atteint un nouveau résultat record en 2017, avec au total 115,8 millions de palettes fabriquées et réparées. Ce chiffre est en hausse de près de 10 % par rapport à l’année précédente.
Le nombre de palettes fabriquées a augmenté de 9,7 % pour atteindre 88,3 millions d’unités, tandis que le nombre de palettes réparées s’élève à 27,5 millions, soit 2,5 millions d’unités en plus.

La politique industrielle de la Chine : un appel d’importations

Depuis plusieurs années, la demande en bois brut émanant de la Chine, et dans une moindre mesure en sciages, influence de manière grandissante le marché du bois national : premier consommateur mondial de matière première, la Chine n’en finit pas d’importer du bois et d’attirer les exportations européennes de sciages, déstabilisant et fragilisant certaines structures de marchés existantes.
Les importations chinoises de bois résineux ont atteint de nouveaux records en 2017. Ainsi, l’année dernière l’Union Européenne a exporté 3 250 000 m3 de sciages et produits rabotés vers la Chine, soit une augmentation de 55 % entre 2016 et 2017. A noter que l’Espagne est passée d’un volume insignifiant à 215 000 m3 d’exportation vers la Chine, soit une augmentation annuelle de 756 % !, loin devant l’Allemagne ou l’Autriche.
Malgré un ralentissement de l’ensemble de l’économie Chinoise, le déficit élevé en bois de la Chine va continuer à stimuler la croissance du volume des importations. En outre, cette demande croissante et forte pour différents types de grumes en Chine, porterait désormais même sur des grumes de qualité inférieure, destinées à la palette ou l’emballage.

Des perturbations climatiques pénalisantes

Des pays habituellement gros fournisseurs de sciages résineux ont connu ces derniers mois des difficultés logistiques notoires, du fait de conditions météorologiques très défavorables avec un été et un automne très humides.
C’est le cas de la Lettonie, qui a connu des pluies anormalement abondantes rendant l’exploitation forestière et le débardage des bois très délicats; aussi à la mi-novembre, le gouvernement a décrété le statut de catastrophe naturelle pour l’ensemble du pays, en raison d’un niveau de précipitations jamais atteint depuis près de 100 ans.De fait, les stocks de grumes en scieries sont à un niveau bas et les expéditions et exportations en volume, largement ralenties voire retardées.
En Estonie, la situation est comparable à ce qui se passe en Lettonie. Dans la plupart des forêts, le sol ne peut supporter les matériels forestiers et une grande partie des chemins d’accès ne peut être utilisée parce qu’ils ont été inondés, ou parce que les autorités ont imposé des limites de poids maximales de véhicule.
Il semble donc probable qu’à court terme les pays Baltes connaissent des difficultés pour honorer leurs contrats et dans l’impossibilité d’offrir de nouveaux volumes de bois de palettes.

Des indicateurs témoins de prix

Les indices de prix, élaborés sur des données statistiques représentatives issues du monde industriel, sont des instruments précieux qui servent à mesurer les évolutions dans le temps du marché du sciage à palettes et des bois.
Il est à noter que le fonctionnement de tout système de calcul d’indices exige, d’abord l’organisation d’enquêtes qui sont dépouillées, puis contrôlées, avant que leurs résultats ne soient reconnus comme fiables et publiés. Ces différentes opérations, préalables à toute publication officielle, prennent selon les cas entre deux et trois mois minimum. Il en découle toujours, quel que soit le secteur d’activité, un décalage entre la période de publication de l’indice et la date de recueil des données.
Au final, l’indice couvre davantage une période passée récente que la réalité du moment présent, ce qui peut entraîner certaines difficultés dans la mise en application de nouveaux tarifs, auprès des acheteurs. Ceux présentés ci-après donnent une tendance générale très nettement à la hausse.

La France

Selon le CEEB (Centre d’Études de l’Économie du Bois), l’indice français des sciages à palettes 4 (toutes essences confondues) a augmenté de 5,9 % sur les 12 derniers mois, passant ainsi de 118,2 en décembre 2016 à 125,1 en décembre 2017, avec un nette hausse de 3,5 % sur le dernier trimestre 2017. Les sciages à palette en peuplier ont quant à eux augmenté de 4,7 % sur l’année 2017.
Force est de constater sur le terrain que depuis le début d’année 2017, le prix moyen des sciages (toutes essences et sections confondues) a augmenté, au minimum, en France de 15 à 20 €/m3
traduisant une augmentation moyenne de l’ordre de 10 à 12 %. Depuis le début de l’année de nouvelles hausses de prix se font d’ores et déjà sentir en raison d’une très forte demande et d’une saturation de la capacité des scieries.

L’Allemagne

L’indice HPE5 de la fédération allemande de la palette montre, sur une période de 12 mois consécutifs (décembre 2016 à décembre 2017), une augmentation de 9,7 %, passant ainsi de 152,1 à 166,8 (base 100 datée de mars 2005) ; on notera tout particulièrement une accélération en fin d’année avec une augmentation de +3,8 % entre le troisième et le quatrième trimestre de l’année 2017. En Allemagne, les tensions sont aujourd’hui palpables au niveau de l’approvisionnement en matières premières, avec une production de palettes neuves qui ne faillit pas depuis 2012, et qui a atteint plus ou moins 110 000 millions en 2017.

La FEFPEB

L’indice européen des sciages à palettes de la FEFPEB indique pour le Royaume-Uni une forte hausse de l’indice bois palettes, avec une augmentation de près de 13 % entre décembre 2016 et décembre 2017 ; à noter que la progression de l’indice n’a pas failli depuis le premier trimestre 2016.
Dans sa dernière newsletter, TIMCOM (Timber Packaging and Pallet Confederation) constate que, les prix du bois ont continué d’augmenter régulièrement tout au long de l’année 2017, poursuivant ainsi une tendance commencée mi-2016, pour afficher au final une augmentation historique. Et de constater qu’en général, les scieries ont répercuté ces hausses sur l’échelle trimestrielle de l’industrie, chacune étant de l’ordre de 3 à 4%. La dépendance de certains pays européens, comme le Royaume-Uni par exemple, à l’égard des importations de bois pour répondre à la demande intérieure, les expose directement aux influences des marchés européens et mondiaux, avec une incidence directe sur les prix et la disponibilité.
Les autres indices Suédois, Allemand, Hollandais, Italien sont tous également en progression sensible, avec des fourchettes de hausse sur un an oscillant entre 5 et 10 % environ : c’est donc bien toute l’Europe qui est touchée par ces phénomènes de hausse.

Les Etats-Unis

L’indice des prix à la production pour le bois et produits bois, dont les palettes, indique une évolution sensible sur 2017. Ainsi sur une période d’un an (décembre 2016 à décembre 2017), l’indice a progressé de 3,7 % passant de 122,6 à 127,1, avec 2 points acquis sur les seuls 3 derniers mois de l’année 2017 (base 100 datée de 2009)
Plus généralement selon le Wood Resource Quarterly, les prix mondiaux des grumes de sciage, déjà très élevé dans le monde au troisième trimestre de 2017, devraient continuer à progresser sur les prochains trimestres 2018, en raison d’une demande soutenue de bois d’œuvre sur les marchés clés et de la consommation accrue de grumes de sciage.
Ainsi leur analyse révèle que l’indice mondial des prix des grumes de sciage (GSPI) a augmenté de 5,1% entre le deuxième et le troisième trimestre 2017, les hausses de prix les plus importantes ayant été observées en Europe et en Océanie.

Des facteurs complémentaires aggravant

Les coûts du transport routier ont sensiblement augmenté en 2017, dans une fourchette de 8 à 10 % environ, et devraient sans doute se poursuivre sur début 2018.En outre, les transporteurs européens souffrent d’une pénurie de conducteurs qualifiés depuis plusieurs mois, pouvant entrainer des retards de livraison de sciages. En outre, le prix des pointes et fils d’agrafage, qui pèsent entre 3 et 5 % du coût d’une palette, ont augmenté de plus de 10 % en 2017.

Des hausses de prix de ventes inévitables

Ces derniers mois, les fabricants français de palettes ont fait en sorte de répercuter les augmentations de prix de la matière de la façon la plus faible possible, mais aujourd’hui la fréquence et l’échelle de celles-ci font qu’il est difficile de ne pas les prendre en compte totalement, et sans report dans le temps. Les marges des industriels, déjà faibles, se trouveraient réduites à un niveau tel que tout investissement nouveau visant à améliorer production et productivité serait impossible.
Pour le premier semestre 2018, aucun signe ne laisse augurer un renversement de tendance rapide. Les demandes de bois sont à la hausse, et il faut être conscient que le bois ira là où on le payera le plus cher (loi de l’offre et de la demande). Compte tenu du contexte économique actuel, on s’engage donc dans un phénomène tendanciel durable ; des difficultés sont à prévoir et subsisteront dans la chaîne d’approvisionnement.
Sur les trois premiers mois de l’année 2018, l’activité devrait être à nouveau bien orientée pour la fabrication et le reconditionnement de palettes, grâce à des carnets de commandes en progression, et on ne peut que s’en réjouir souligne le Président de la Commission Palettes, Jean-Philippe GAUSSORGUES.
Selon ce dernier, il convient de continuer à réajuster les prix de vente des palettes à des niveaux cohérents avec ceux de la matière première : juste repositionnement tarifaire qui ne fera que compenser la hausse du prix du bois et de certains produits ou services. Avec des coûts de matière première d’au moins 70% du prix de vente des palettes, il est essentiel que les augmentations des prix de sciages soient répercutées dans les cotations des nouvelles palettes. Quant aux rares offres de prix anormalement basses qui perdurent sur le marché, elles ne peuvent que nuire à l’ensemble des transactions commerciales avec l’industrie.
A n’en pas douter, les acheteurs reconnaîtront de plus en plus la valeur d’un partenaire fournisseur de palettes à sa capacité à gérer la complexité du marché du bois et à son aptitude à offrir une sécurité d’approvisionnement dans le temps.

Communiqué de presse

Pour en savoir plus, consultez le communiqué de presse ci-joint.

A propos du Groupe PGS

Créé en 1993, PGS Group (Palettes Gestion Services) est une filiale de la holding FININCO (FINancial INvestments COuncil). PGS est le leader des supports de manutention « palettes bois », neuves et reconditionnées, et du sciage à palettes. Son offre complète de produits et de services ainsi que son maillage et son développement à l’étranger notamment en Belgique, en Espagne et au Maroc, en font le partenaire logistique majeur du secteur de l’emballage. En 2015, PGS a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 225 M€ (211,8 M€ en 2014) et compte près de 1.300 collaborateurs. PGS dispose d’une capacité de production annuelle de 695 000 m3 de sciages, 24,8 millions de palettes neuves et 14 millions de palettes reconditionnées.

www.groupepgs.com

6 PAYS
Implantations
divider implantations
RESTEZ EN CONTACT
Suivez nous
divider
PGS Groupe est présent sur les réseaux suivants , rejoignez nous !
facebook twitter google linkedin